l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Conformément à la législation en vigueur, les délégués disposent d’un crédit d’heures de délégation, pour accomplir la mission que le personnel leur a confié.
C’est pendant ce temps que les délégués peuvent se déplacer sur le temps de travail, pour contacter les salariés, connaître leurs problèmes, mais aussi les informer, et dans la mesure du possible, amorcer la discussion, etc…
CES HEURES SONT CONSACRÉES à :
* au contact avec les salariés
* à l’étude des réclamations transmises
* de présenter à l’employeur toutes les réclamations
* à la recherche des éléments de discussion avec l’employeur
* aux démarches nécessaires pour obtenir les avis et conseils
* aux réunions communes entre délégués
* de saisir l’inspection du travail de toutes les plaintes et observations légales et réglementaires dont elle est chargée d’assurer le contrôle
Les délégués doivent créer un solide réseau d’adhérents au sein de leur entreprise
Ils doivent se faire l’écho des aspirations des adhérents et salariés auprès du syndicat afin de répercuter et d’échanger les différentes réactions.
Ils doivent animer, organiser et assurer la cohésion de leur Section et conduire l’action revendicative pour faire évoluer les conditions de vie et de travail notamment par la négociation.
Les délégués et représentants doivent garder le lien avec avec leur syndicat et fédération, etc…
Le respect de ces missions et règles est indispensable à l’attribution et au maintien du mandat syndical, engageant la crédibilité et La responsabilité du syndicat.
LA RÉSIGNATION N EST PAS UNE SOLUTION

 

Logo CFDT

Une action sociale opérationnelle… :
Les organisations syndicales de la branche des hôtels, cafés, restaurants ont bâti un socle de prestations sociales afin de couvrir des aléas de la vie. La CFDT a été un partenaire actif dans la négociation de ce système.
Les différentes prestations couvrent :
> une intervention sociale spécifique (liée à une difficulté ponctuelle) : La commission sociale d’HCR Prévoyance étudie les demandes des salariés qui doivent faire face à des difficultés passagères.
> une demande d’aide au passage du permis de conduire : Tous les salariés qui justifient d’au moins deux ans d’activité salariée dans la branche, peuvent bénéficier d’une allocation forfaitaire de 1000 € pour passer le permis B. Le Brevet de sécurité routière est pris en charge à 50% du coût de la formation.
> une demande d’aide à la garde d’enfants : Une allocation forfaitaire annuelle de 500 € est proposée aux salariés qui élèvent un ou plusieurs enfants entre 0 et 4 ans pour les faire garder. Elle se cumule si les 2 parents travaillent dans la branche.
> ou encore une aide aux parents isolés : HCR Prévoyance propose aux parents isolés une aide financière de 1000 € pour le premier enfant et de 300 € par enfant supplémentaire. Elle est valable si les enfants ont moins de 18 ans et moins de 26 ans s’ils poursuivent des études, dans la limite de 4 enfants, soit un plafond d’aide de 1900 € par an.

Une prestation sans contrepartie :

Des organisations syndicales au sein de vos hôtels prennent contact avec vous en vous faisant croire qu’une adhésion à leur syndicat vous permettra d’obtenir, en contrepartie, la prestation offerte par l’action sociale HCR.
C’est un chantage ignoble. Si de telles propositions vous sont faites, refusez-les et nous vous invitons à prendre contact avec vos représentants CFDT qui dénonceront ces pratiques.
La CFDT a fait le choix d’être au plus près des réalités des salariés de la branche et n’utilisera jamais ces tromperies à l’égard de personnes en difficultés personnelles et/ou sociales.

Si vous pensez être concernés par ces aides, prenez contact avec vos représentants CFDT qui vous apporteront un conseil éclairé, sans arrière-pensée…

 

Une annonce brutale et d’une ampleur majeure !!!

ACCOR vient d’annoncer la cession d’un groupe de 85 hôtels en Europe , dont 59 en France, toutes marques confondues, qui vont être « regroupés » dans une structure franchisée.
La date effective de cette cession aurait lieu en juin 2016.

Quelles conséquences pour les salariés de ces hôtels ?
Si la gouvernance de cette nouvelle entité ne semble pas être totalement arrêtée, les objectifs de cette opération n’est même pas masquée : réduire les coûts, principalement salariaux, afin de « débarrasser » ACCOR d’hôtels ne rentrant pas dans les critères de rentabilité des actionnaires.
Lors d’une réunion des organisations syndicales avec Sébastien Bazin et lors de certains comités d’entreprise, la disparition d’avantages sociaux tels que le 13ème mois, l’intéressement, la participation ou encore la mutuelle n’a pas été cachée.

Quelles actions peuvent être menées ?
La CFDT a demandé fermement une rencontre avec le futur dirigeant de cette structure juridique, déjà nommé, M. Frédéric Josenhans, actuellement en poste de direction générale chez Novotel/Mercure, afin d’obtenir des garanties :
> Sur l’ouverture d’une négociation de maintien des avantages existants ;
> Sur la représentation du personnel à instaurer dans ce nouveau groupe, gage de défense de vos intérêts ;
> Sur la qualité des conditions d’emploi et de travail au sein de cette société ;
> Sur une amélioration de l’accord de transfert signé au sein du groupe ACCOR.

Mais nous ne pourrons pas réussir sans votre appui…

AVEC LA CFDT, LE REFUS DE SUBIR….L’OBLIGATION DE REAGIR

 

Les négociations salariales au sein de l’entreprise sont des moments privilégiés pour aborder les questions liées aux rémunérations mais aussi à l’amélioration des conditions de travail des salariés des 3 sites de la société.
Au terme des échanges et de la négociation, la CFDT a donné son accord pour la signature du protocole qui prévoit les dispositions suivantes :
> Augmentation du salaire de base du collège employés et agents de maitrise de 1,5 % rétroactif au 1er janvier 2015.
> Augmentation du salaire de base du collège cadres de 1,2 % rétroactif au 1er janvier 2015.

Pour bénéficier de ces augmentations, les salariés doivent avoir au moins six mois d’ancienneté dans le groupe ACCOR à la date du 1er janvier 2015. Il s’agit de tous les collaborateurs entrés avant le 1er juillet 2014.

Le personnel cadre dont le salaire est supérieur au plafond mensuel de sécurité sociale bénéficie d’une augmentation de 0,7 % au 1er janvier 2015.

Pour les salariés des 2 instituts de thalassothérapie du Touquet et d’Oléron, la valeur faciale des tickets restaurants est portée à 7 €. Pour ces mêmes salariés, les minimas de la grille de classifications de la convention collective des hôtels, cafés, restaurants s’appliquera désormais.

Enfin, les salarié(e)s de retour de congés de maternité ou de congé parental d’éducation bénéficieront des réévaluations salariales qui auront été appliquées durant leurs absences.

Les militants CFDT de chaque site (Oléron, Le Touquet et Quiberon) sont à votre disposition en cas de difficultés d’application de cet accord.

Logo CFDT 1

 

Sébastien Bazin, dans un article des “Echos” paru aujourd’hui, fait valoir qu’il “pense qu’il faudrait aussi établir un véritable dialogue social dans les entreprises en obligeant tous les salariés à être représentés, et donc à se syndiquer, et ainsi assurer une meilleure représentativité”.
La CFDT, première organisation syndicale du groupe, se réjouit de cette position et appelle les salariés des hôtels et des sièges à se rapprocher de leurs représentants CFDT afin d’adhérer et de soutenir notre action.
Anti-syndicalistes primaires, revoyez votre position….Logo CFDT 1

 

Malgré des demandes de la CFDT tout à fait réalistes, la direction a manifestement marqué sa volonté de ne pas favoriser le gain de pouvoir d’achat des salariés de ces 2 enseignes de l’hôtellerie économique du groupe Accor.
Après 3 réunions de négociations, les demandes de nos délégués syndicaux, en matière salariale, étaient les suivantes :
- Employés : +1,5%
- AM : +1,3%
- Cadres : +1,3% de la masse salariale

La direction, souhaitant faire plier les organisations syndicales, a maintenu ses propositions :
- Employés : +1%
- AM : +1%
- Cadres : +1% de la masse salariale

Considérant que ces propositions étaient ridicules, la CFDT a totalement assumé la signature d’un protocole de désaccord avec la politique salariale et sociale du groupe pour les salariés de ces enseignes…

De manière unilatérale, la direction a même réduit encore ses augmentations salariales pour 2015 à savoir, de manière unilatérale, elle appliquera les mesures suivantes :
> Les salariés de catégorie “employés” bénéficient d’une augmentation de +0,5% de leur salaire de base à compter du 1er mars 2015.
> Les salariés de catégorie « Agent de maîtrise » bénéficient d’une augmentation de +0,5% de leur salaire de base à compter du 1er mars 2015.
> Pour les collaborateurs de catégorie “cadres”, la masse des salaires bruts mensuels de base augmentera de +0,5% à compter du 1er mars 2015, et les augmentations seront individualisées dans le cadre de cette évolution globale. Pour cette catégorie, l’évolution des salaires de base sera donc considérée individuellement, notamment en fonction de l’évolution du poste, du potentiel, de la réalisation des objectifs fixés et des performances. Ces revalorisations individuelles devront tenir compte notamment des missions et responsabilités déléguées, de l’effectif supervisé, de la taille de l’hôtel et du niveau de performance mesuré dans le cadre de l’entretien annuel d’évaluation.

La CFDT maintiendra ses demandes d’amélioration du statut social et salarial des salariés d’Ibis Budget et F1…