l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Doudou KONATÉ, le maître des cérémoniesMalgré les suites de la grève du 13 mai et des bouchons monstres dans Paris, près de 200 militants CFDT du groupe Accor ont réussi à se rassembler dans la Salle du Conseil National de la Confédération à Belleville.
Introduits tour à tour par le maître des cérémonies, Doudou Konaté, Coordinateur National CFDT, les différents intervenants ont brossé un tableau des perspectives du groupe à la fois en termes de développement économique, social et syndical.

Johanny Ramos, Secrétaire National de la Fédération des Services CFDT a prononcé un discours d’accueil mettant en exergue l’importance que l’organisation accorde à la coordination des militants syndicaux du groupe.
Pascal Eon d’Axia Consultants, invité en sa qualité d’expert comptable auprès des élus du Comité de groupe, a évoqué, chiffres à l’appui, la très bonne santé financière de l’entreprise, des pronostics quant à son développement et les conditions sociales dans lesquelles évoluent les salariés.
Patricia Rodriguez, Déléguée syndicale à Ibis, est intervenue sur la mixité et l’égalité professionnelle.
Vincent Pigache, militant du groupe, a évoqué les conditions d’emploi, de la formation largement réservée à l’encadrement et l’insertion et/ou le maintien dans leur emploi des personnes handicapées ou qui le sont devenues à la suite d’accidents du travail ou de maladie.
Genèse Athis, militante à Ibis, a pris le relais en exposant le travail entrepris en lien avec l’association Aides (par le biais du programme EQUAL) en faveur des salariés atteints de maladies incurables.
Christian Jaurey, Délégué syndical, a fait part des difficultés rencontrées quant à l’intégration des salariés de son entreprise, acquise en tant que filiale par le groupe.
Pascal Sourget, Délégué syndical à Thalamer, a exposé l’organisation de la représentation du personnel, l’histoire de la CFDT dans le groupe ainsi que ses forces et faiblesses sur le terrain et dans les instances représentatives.
Claude Boulbes, Secrétaire Fédéral, a conclut cette matinée avec une évocation du travail entrepris par la Fédération pour coordonner les militants du groupe en vue de les soutenir dans leurs négociations et dans leur action de développement de la CFDT.
Dans l’après-midi, Patrick Dalban-Morenes a décrit l’action syndicale internationale de l’UITA qui s’est traduit notamment par la signature d’un accord mondial de droit syndical et de l’accord de constitution du Comité de groupe européen, qu’il aurait souhaité également mondial, ainsi que l’assistance de syndicats locaux dans des conflits se produisant dans d’autres pays.
Suivant cette intervention, Jean-Marc Espalioux, Président du groupe est arrivé afin de proposer son point de vue sur des sujets tels que la situation économique et le développement du secteur, les conditions sociales et les négociations en cours. Il a évoqué les rapports du groupe avec ses actionnaires et avec les organisations syndicales. Il a également répondu aux questions des militants notamment concernant le respect du droit syndical, voir du respect tout court, en donnant la marche à suivre en cas de non-respect par la hiérarchie des règles établies par la direction générale. Il a quitté la salle sous les applaudissements de l’assemblée.
Rémi Jouan, Secrétaire Confédéral CFDT, a pris la suite en évoquant l’actualité du dossier retraites, le développement de la CFDT et des initiatives prévues dans les mois qui viennent. Il a souligné le poids du groupe Accor dans les négociations de branche et l’effet, volontaire ou non, qu’il peut exercer sur certains dossiers tels que les 35 heures. Il a demandé au groupe de s’engager afin de tirer les conditions de travail et de rémunération vers le haut afin de contrer la pénurie de l’emploi dans la branche.
Didier Brulé, Secrétaire Général de la Fédération des Services, a clos les interventions avec une synthèse des débats et en exprimant la détermination de la Fédération de soutenir le développement de la CFDT dans le groupe. Les participants furent remerciés avec la promesse que cette journée n’était que la première d’une longue série.
La journée s’est terminée par un “point presse”.