l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Des syndicalistes en mal de pouvoir et à défaut d’avoir la confiance des salariés dans les urnes lors d’élections dans le GIE-IBIS ont décidé d’entreprendre des tournées dans les hôtels à l’approche des élections des membres du comité d’entreprise.

Démarche jusque là normale, si dans les discours et les faits il ne s’agissait pas d’une tentative d’obtenir des voix en offrant des stylos et autres gadgets et en tenant des propos discourtois, des discours de dénigrement envers la CFDT et ses élus.

La CFDT, la première organisation syndicale dans le GIE-IBIS, est à l’origine de tous les acquis sociaux (13ème mois, entretien et nettoyage des uniformes, instauration d’une prime de nuit et non seulement la récupération prévue par la loi, valorisation de salaires dans le cadre d’acteurs , intéressement , Jours fériés garantis, augmentations de salaires , jours pour enfants hospitalisés, meilleure indemnisation pour les départs à la retraite, etc.

En plus d’une défense solide et solidaire des salariés en cas de conflits avec la Direction, nos élus sont sur le terrain depuis des années et n’attendent pas le moment des élections pour venir vous abreuver de discours utopiques et de promesses sans lendemain…

Ces méthodes dignes d’un autre siècle démontrent l’absence d’arguments, et les salariés ne seront pas dupes, car une fois les résultats obtenus, ils déserteront le terrain et laisseront les salariés à leur sort.

Salariés du GIE-IBIS, la CFDT sait ce que vous attendez des syndicalistes : une défense solide, une amélioration du pouvoir d’achat, des conditions de travail décentes, une égalité des chances devant la formation et la promotion, de la non discrimination en fait une justice sociale pour un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Adapter le travail à l’Homme et NON l’Homme au travail.

Si vous partagez ces points de vue, rejoignez la CFDT comme adhérents ou militants, vous verrez les élus CFDT à l’œuvre dans les différentes instances du GIE-IBIS. Vos représentants actuels peuvent témoigner de notre efficacité au sein du CCE).

La CFDT discute d’égal à égal avec la Direction, par son sérieux et son intégrité, elle est force de proposition et défend les droits et acquis, ainsi que les intérêts de chaque salarié sans soumission ni compromission. Confiez vos voix à ceux qui savent l’entendre, et savent mener des négociations constructives sans hypothéquer l’avenir.

Nous vous remercions de votre fidélité qui nous stimule pour toujours mieux servir.

« QUE LES MORVEUX SE MOUCHENT… »

 

L’accord intervenu dans la branche des Hôtels, Cafés, Restaurants va instaurer un régime de remboursement des frais de santé pour tous les salariés. Etant actuellement en attente d’extension par le gouvernement, celui-ci sera applicable au plus tôt le 1er janvier 2011.

Naviguez dans le document à l’aide de la molette de votre souris.

Vous pouvez également télécharger le document en cliquant ici.

Le texte de l’accord est disponible en cliquant ici.

Voici les garanties offertes par le régime… Lire la suite »

 

Guide du salarié des HCR

Cliquez ici ou sur l’image pour le télécharger.

 

Notre PDG, M. Pelisson Gilles a été remercié et aussitôt remplacé. Le Roi est mort, Vive le roi ! Nous retiendrons de lui le démantèlement des pôles Hôtellerie et Services du groupe ACCOR malgré l’opposition de la Caisse des Dépôts (Fonds Souverains Indépendants) au profit des intérêts de spéculateurs financiers notamment Colony Capital et Eurazeo qui sont des fonds de pensions américains.
Arrivés en 2005 dans le capital du Groupe ACCOR, dont ils détiennent aujourd’hui 27%, ces fonds de pensions parviennent triomphalement à leurs fins avec la nomination d’un des leurs M. Denis Hennequin.
M. Gilles Pelisson, au nom du recentrage sur l’hôtellerie, a entrepris, sans ménagement, sous la direction et le contrôle à la baguette de Colony Capital & Eurazeo, entre autres :
- une politique de cessions des murs dite «Asset right». Sur la période 2005-2009, 841 établissements ont été concernés pour 2,3 milliards de cash,
- la vente des 50% du capital du géant mondial du voyage d’affaires Carlson Wagon-lits Travel,
- le désengagement total du Club Med dont ACCOR détenait 30% du capital
- le développement du parc hôtelier, exploité par la franchise, les mandats de gestion, les loyers variables, actuellement à 60% avec un objectif de 80% dans le cadre du nouveau plan d’entreprise,
- la séparation des pôle Hôtelier d’une part et ACCOR Services d’autre part ; ce dernier est dénommé pour la Bourse Edenred (terme anglais qui se traduit par «le paradis rouge»; oui mais «paradis» pour qui ?).
Toutes ces manoeuvres à but de simplification détricotent le modèle qui consistait à s’adosser sur des valeurs complémentaires et stratégiques pour éviter que les moments de crises passagères ne mettent en péril une partie de l’activité économique et n’entraînent la perte subite d’un secteur ainsi fragilisé.
En ce sens, le pôle ACCOR SERVICES constituait un métier très peu cyclique qui procurait à l’hôtellerie un cash-flow qui lui était indispensable.
Désormais cette prudence gestionnaire est supprimée.
Malheureusement, c’est là que les requins de la finance se frottent les mains, très contents de pouvoir faire leur miel ; la simplification, pour la bourse, favorise les spéculations à la seconde près et la navigation d’une valeur boursière à une autre sans aucune considération de temps, de lieu et des êtres humains. La solidarité, la redistribution et le partage, ils ne connaissent pas. Ce modèle-là est diabolique d’où qu’il vienne et surtout
des Etats-Unis d’Amérique. Car derrière lesdites valeurs boursières se trouvent toujours des femmes et des hommes qui s’inscrivent dans différents modèles d’organisation tant entrepreneuriale que sociétale avec des espaces et des temporalités spécifiques.
M. Denis Hennequin est encore PDG de Mcdonald’s Europe jusqu’au 1er décembre 2010. Il arrive avec un résultat de gestion de la franchise McDo dit exemplaire. Car il a réussi avec 20% des restaurants du groupe Mcdo en Europe à produire 40% du résultat global. Sa nomination fait un clin d’oeil à ce modèle gestion d’une part et d’autre part, à ses «performances» économiques. L’hôtellerie ACCOR se verrait-elle appliquer des méthodes qui ont fait leurs preuves chez McDo Europe !?!.
La curiosité syndicale me pousse à demander surtout quels coûts pour les salariés et pour leurs conditions de travail ? Nous voulons, sans préjuger, espérer que nous ne serons pas une réplique sociale et économique du modèle Mcdo, c’est-à-dire une franchise à 100%. Notre vigilance de syndicaliste est de mise, nous veillerons et scruterons toute proposition et action et combattrons farouchement par (et dans) la négociation toute
orientation politique qui ne satisferait pas les intérêts économiques et sociaux du personnel de l’entreprise.

TRIBUNE LIBRE par Eugène COMPAORÉ publié dans le journal du CE GIE Etap/F1 “Fun et Malin” N° 10, décembre 2010.

 

BRAVO et MERCI à tout le personnel de l’hôtel Ibis Paris Porte d’Italie.

Dès le 1er tour comme depuis toujours le personnel a renouvellé sa confiance à la liste CFDT à 97 %des votants. Seules 3 enveloppes ne sont pas parvenues.

Ce vote de confiance est le gage de la réussite  de la défense et du soutien que les salariés reçoivent d’abord de leurs élus et de la CFDT toujours présente.

Malgré un turn over important les salariés ont su percevoir en leurs élus une défense réaliste, juste , efficace,  éléphanteresque.

Ce soutien massif démontre à quel point la CFDT et ses élus donnent de leur temps et de leur énergie pour soutenir en toutes circonstances et en tout temps les intérêts des salariés.

La CFDT obtient ses résultats pas en faisant le tour des hôtels en distribuant des cadeaux ” stylos et autres gadgets”.

Les salariés ne seront pas dupes de ces démarches corruptrices au détriment de la défense de leurs intérêts.

Les salariés ne veulent pas de ce syndicalisme à bas étage. La CFDT est à la base de tous les acquis dans le GIE-IBIS et défie quiconque de dire le contraire. Tous les accords et acquis ont été à l’initiative uniquement de la CFDT.

Les promesses sans lendemain et le dénigrement ne feront jamais partie de notre démarche. Nous laissons les salariés juger…

 

Le conseil d’administration a mis fin au règne des PELISSON ce 02 Novembre 10. Avec le démandatement de Gilles c’est l’esprit Accor Moderne qui s’éteint pour laisser place à une stratégie plus offensive du démantellement du groupe, enfin pour ce qui en reste.

Pour tout dire ce sont les grands actionnaires et le conseil qui l’ont viré et avec lui l’esprit Accor s’en va bien loin de NOUS qui avons sacrifié tant et tant d’années pour faire de ce groupe un fleuron du tourisme international.

Salariés du groupe, réveillez-vous, le rêve est terminé. Cest l’heure du management à l’Américaine …..La cfdt ne laissera pas faire…

Après la scission, la vente des murs et des établissements  iront à une vitesse aussi rapide que  Ariane 2015. 

Accor se dégonfle, les accords de droits syndicaux sont dénoncés et les Institutions Représentatives du personnel se réduisent…

Les points de divergences  stratégiques avec les grands Actionnaires sont pointés du doigt: le démantellement sera poursuivi sans Gilles est ce bien là le désaccord?   L’Humain  restera-t-il au coeur des préoccupations de nos futurs dirigeants…..