l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Vous trouverez ci-dessous les principales dispositions de l’avenant n° 6 à la Convention Collective Nationale, obtenues par un réel travail de négociation de la part des délégations CFDT et CGC, obligeant les employeurs à des concessions appréciables. Les effets de séance et les manipulations médiatiques de certaines organisations concurrentes, qui se sont finalement ralliées au texte du 30 novembre avec quelques petites reformulations à la marge, n’ont fait que d’éclater le consensus du côté patronal. En effet, l’UMIH, la plus grande organisation patronale, qui annonçait son intention de signer l’avenant dans sa version du 30 novembre, ne ratifiera pas cette version. Ce qui laisse planer des doutes sur l’application “de bonne foi” du texte sur le terrain, malgré une extension de l’avenant par le gouvernement…

Rémunération
Une nouvelle grille de salaire qui commence au dessus du smic (sans compter les avantages nourritures) et qui sera actualisée à chaque augmentation légale du smic, avec un minimum de smic + 1% pour le niveau 1, échelon 1.

 Niveau

I

II

III

IV

V

 Echelon 1

8,92

9,22

9,68

10,25

12,06

 Echelon 2

8,99

9,35

9,77

10,43

14,07

 Echelon 3

9,10

9,63

9,97

 

17,14

Rappel smic actuel : 8,82 €
A partir du 01/01/10 : 8,86 €

Reconnaissance des qualifications
Les CQP/IH (certificats de qualifications professionnels de l’industrie hôtelière) sont revalorisés au niveau de la grille des salaires.
3 nouveaux CQP sont reconnus : commis de cuisine, pizzaïolo, cuisinier

Prévoyance et mutuelle
Création d’une couverture frais de santé pour tous les salariés des HCR au plus tard le 1er juillet 2010
Renouvellement de l’accord quinquennal sur la prévoyance

Prime liée à la réduction du taux de la TVA
Condition : avoir 1 an d’ancienneté ou 4 mois pour les saisonniers (prime au prorata)
Montant de la prime : 2% du salaire de base annuel limité à 500 euros pour les temps complets. Au prorata pour les temps partiels.
Cette prime est modulée en fonction des types d’établissements (restaurant seul : 100%, hôtel restaurant : 50%, autres : 25%)
Versement : 1er juillet 2010 et suivant, au terme du contrat pour les saisonniers

Jours fériés
10 jours fériés pour les salariés avec 1 an d’ancienneté
6 jours fériés garantis au minimum

Programme des négociations de la branche
En 2010, les partenaires sociaux s’engagent à ouvrir des négociations sur 5 thèmes importants :
1. la refonte des classifications
2. le maintien dans l’emploi des seniors
3. l’égalité professionnel hommes/femmes
4. l’amélioration des garanties de prévoyance
5. la santé au travail avec une étude sur la pénibilité des métiers

 

Lors de sa réunion du 18 décembre, comme le comité de groupe Accor réuni le 09/12/09, les membres CFDT du CCE ont affirmé leur ferme opposition à la stratégie mise en place et ce, dans la perspective des risques économiques et sociaux liés à cette opération.
Du reste, le Directeur du FSI (Fonds Stratégique d’Investissement), comme d’autres analystes, confirment les risques inhérents à cette stratégie.
En effet, l’activité “TITRES DES SERVICES” est génératrice de cash-flow permettant d’aider au financement du développement de l’hôtellerie en général.
La vision à court terme des fonds d’investissement nous entraîne dans une spirale qui risque d’être préjudiciable à de nombreux salariés du groupe.
Ainsi, leur statut, lors de la mise en franchise ou en contrat de gestion, engendre un véritable bouleversement de leur statut collectif.
Outre la disparition de la participation du groupe, c’est toute la couverture conventionnelle du groupe qui peut être amenée à être remise en cause.
D’autre part, en changeant de modèle économique, il y va du maintien des investissements dans nos outils de travail essentiels dans nos activités d’hôtellerie.
A défaut de consultation régulière et d’explications plausibles à cette scission, les membres CFDT du CCE sous réserve de validation de la majorité des membres élus, se réservent la possibilité de déclencher un CCE extraordinaire dans le cadre d’un droit d’alerte économique, permettant d’avoir une analyse plus approfondie de la stratégie engagée.

 

LA CFDT SOUHAITE A TOUS SES ADHERENTS MILITANTS ET LECTEURS D’ICI ET D’AILLEURS UNE TRES BONNE ANNEE 2010.
BEAUCOUP DE SUCCES ET SURTOUT BONNE SANTE A TOUTES ET A TOUS

 

Les organisations syndicales du groupe ACCOR relaient et affirment le désaccord des salariés sur le projet de scission en 2 activités : celle des Services et celle de l’Hôtellerie. En cassant ce modèle économique qui a fait ses preuves et a pérennisé le développement du groupe et ce, sans aucune concertation des organisations syndicales, la direction d’ACCOR a fait montre d’un mépris délibéré. Les organisations syndicales ne peuvent plus attendre et regarder le Groupe s’effriter au gré des mois qui s’écoulent.

Face à ce démantèlement, les salariés s’inquiètent pour le devenir de leur emploi, ainsi que la dégradation des conditions de travail. Les membres du comité de groupe mandatent la secrétaire pour exprimer, au conseil d’administration du 15 décembre 2009, leur désaccord sur cette stratégie.

Les membres du comité de groupe adoptent le principe de mise en place d’une procédure de droit d’alerte, avec assistance d’un expert, pour, à leur tour, obtenir une analyse de l’opportunité de la scission.