l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Hier, mercredi 6 juin. Gilles Pélisson, le président du groupe Accor est arrivé avec un certain retard à la réunion du Comité de Groupe et a déclaré pouvoir passer une heure à répondre aux questions des représentants du personnel. Il a jugé inutile de s’attarder sur certaines d’entre elles, disant que les réponses pouvaient être fournies par la hiérarchie concernée. Mais justement, si elles étaient à l’ordre du jour, c’est que la hiérarchie n’a pas apporté des réponses satisfaisantes. Par ailleurs, des questions importantes concernant la stratégie économique et financière du groupe devaient être abordées en présence de l’expert comptable désigné par le Comité de Groupe. Le temps imparti a été jugée insuffisant par l’ensemble des partenaires sociaux qui ont décidé de quitter la réunion. Le communiqué suivant a été rédigé en commun par les organisations CFDT, CGT, FO, CFTC et CGC :

Monsieur PELISSON,
L’ensemble des membres du Comité de Groupe regrette votre retard à notre réunion dont les membres (qui pour la plupart se déplacent de loin), attachent une importance particulière au déroulement de cette instance.
Nous affirmons que vous êtes légitime pour répondre aux questions auxquelles nous n’avons pas pu avoir de réponses dans nos instances locales.
Dans cette période de changements importants, ces réponses sont essentielles et attendues par les salariés qui nous ont élus. Nous estimons que juste une heure de votre temps ne suffira pas à répondre à celles-ci, et nous demandons donc une réunion ultérieure pour pouvoir les traiter.
De ce fait, nous quittons la réunion.

 

Depuis le 1er avril 2007, grâce à la signature par la CFDT (seule organisation signataire) de l’avenant n° 2bis à la Convention Collective, les salaires minima ont été augmentés. Mais surtout, la grille de salaires a été dépoussiérée et les employeurs n’ont plus de prétexte pour coller au SMIC. Pour en savoir davantage, télécharger notre tract en cliquant ici.

 

1°/ Quelle a été en France, l’évolution des modes de détention par enseigne (propriété, location variable, location fixe…) en 2005 et 2006, ainsi que les critères de mode de changements de détention (cessions pures ou simples, franchises, gestions ?)

2°/ Les cessions de murs d’hôtels ou la mise en location variable n’entraînent elles pas un alourdissement des charges d’exploitation et par voie de conséquence une diminution de la participation ? Le groupe a –t-il des objectifs de développement en gestion directe ?

3°/ Les différents choix stratégiques effectués (dividendes exceptionnels, rachats d’actions) qui traduisent une politique « tout actionnariat » ne va-t-elle pas à l’encontre du développement du groupe ? L’objectif de ROCE à 15% ne va-t-il pas avoir pour conséquence l’accélération de la cession des hôtels les moins rentables ?

4°/ Votre stratégie n’aura-t-elle pas tendance à durcir les négociations salariales voire détériorer les conditions de travail, alors que le groupe dispose de marges de manœuvre, la distribution de dividendes exceptionnels en étant la preuve ?

5°/ Quels sont les hôtels filiales concernés en France par la marque « ALL SEASONS ?
Quels seront les points d’identités de cette marque, son marketing, sa commercialisation,
Sa politique sociale,etc..

6°/ Une charte sociale sur l’apprentissage a été signée il y a 2 ans. Quel bilan en tirez-vous ?

7°/ Quel bilan pour 2006 ainsi que les perspectives de l’accord de groupe pour l’intégration et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées ? Quel est le 1er bilan que vous en tirez ?

8° / Quel est le montant perçu par le groupe au cours de l’exercice 2006 sous forme de remises de cotisations sociales d’une part et d’aides dites « Sarkozy » d’autre part ?

9°/ Le groupe a signé une convention avec l’Ademe pour financer partiellement la « mise au vert » d’un certain nombre d’hôtels en France. Le groupe poursuit-il cet objectif d’économie d’énergie dans d’autres pays ? Qu’en est il de votre politique de développement durable en France et ailleurs ?

10°/ Le groupe à travers son syndicat (GNC) a signé l’avenant n°2 de la CCN HCR.
Quelles consignes donnez-vous aux DRH pour une application « gagnant-gagnant » ?