l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Le Comité Central d’Entreprise de la SNC DGR Grand Ouest s’est réuni jeudi 22 mars 2007 avec à l’ordre du jour, une consultation et un certain nombre de questions posées par les élus CFDT à propos du transfert du personnel de cet hôtel sous l’enseigne “All Seasons”. Voici les questions et un résumé des réponses du Président.
Lire la suite »

 

A l’issue du premier tour des élections professionnelles au sein des « GIE » Ibis, l’influence de la CFDT reste prédominante. Durant les quatre prochaines années, aucun accord d’entreprise ne pourra être appliqué sans au minimum l’acceptation tacite de la CFDT. En effet, avec plus de 50% des voix au premier tour, son droit d’opposition est absolu !
Dans aucun des sept « GIE » le quorum n’a été atteint. Par-ci, par-là, des pressions se sont exercées par la hiérarchie pour que les salariés s’abstiennent au premier tour afin d’élire des candidats sans étiquette au second. Le dialogue social a beau être une priorité sur le papier pour convaincre les actionnaires des bonnes intentions sociales, sur le terrain, c’est une autre histoire !
Mais les résultats des urnes (collège employés) ne trompent pas :
GIE PACA : la CFDT obtient 42% des suffrages ;
GIE Sud : 55% des voix pour la CFDT ;
GIE Lyon Rhône Alpes : 42% des suffrages pour la CFDT absente il y a deux ans ;
GIE Est : la CFDT est plébiscitée avec 85% des voix ;
GIE Nord Normandie : 57% des salariés ont préférée la CFDT ;
GIE Paris Ile de France : 33% des suffrages ;
GIE Bretagne, Val de Loire, Centre : seul syndicat en lisse, la CFDT obtient 100% des suffrages !
Un grand merci à tous nos électeurs. N’oubliez pas de voter à nouveau au second tour. Postez CFDT avant le 28 mars !

 

Ibis : élections 2007

ACCOR : BIENTÔT UN GROUPE VIRTUEL ?

Les politiques annoncées ces derniers jours par le groupe Accor laissent une inquiétude quant à l’évolution des conditions de travail et d’emploi dans le groupe.
Comment voter ?En effet, les opérations financières ont désormais pris le pas sur nos activités professionnelles. Contenter les actionnaires est maintenant plus important que d’avoir des personnels épanouis au plus près du client. L’entente du tandem financiers / direction se substitue à notre objectif professionnel d’apporter notre talent au service de nos semblables, c’est-à-dire des travailleurs / consommateurs.
On le voit bien… « l’esprit de service » est aujourd’hui davantage défini par le changement de marque des hôtels que par la création d’emplois et de réponses aux attentes des clients. Tout est défini par le budget que celui-ci veut consacrer à sa nuitée. « All Seasons », la nouvelle marque est introduite autant pour reclasser des hôtels existants que pour attirer des hôteliers indépendants, parfois en difficulté, dans le jeu de la franchise. En définitif, le groupe cède des hôtels et rachète des outils financiers (Kadeos).
Bref, nos métiers, nos formations professionnelles durement acquises, ne sont plus qu’un leitmotiv aux opérations financières. Reléguées au second plan, sous l’autorité de subalternes sur l’échiquier hiérarchique, nos métiers ne semblent plus être qu’une justification au brassage des milliards.
Certes, le cours de l’action Accor a quasiment doublé en un an. Mais nos salaires sont cantonnés au plus bas de l’échelle au voisinage du SMIC horaire ayant été augmentés de 2,5% maximum, financés en bonne partie par l’Etat. Savez-vous qu’au SMIC, votre salaire brut est désormais financé à 26% par les remises de cotisations sociales ? Ces remises, obtenues en France, représentent environ le cinquième du résultat net mondial du groupe. Pensez donc… Nos bas salaires consolident les bénéfices des actionnaires dont la majeure partie est expatriée via les fonds d’investissement aux Etats-Unis ! Il n’est pas étonnant que les formules d’amélioration (éventuelle) de nos rémunérations passent par des systèmes d’intéressement… exonérés de cotisations (les employeurs disent « charges ») sociales ! En contradiction avec le niveau de service défini par marque.
Bref, dans ce jeu, le plus démuni ne peut gagner. Pour 2500 directeurs choisis, on annonce des plans d’épargne à levier basés sur les résultats financiers. Mais pour ceux et celles qui sont chargés de la gestion des affaires dans nos établissements, la direction cherche d’ores et déjà à les cantonner au plus bas de la nouvelle grille de salaires de l’accord de branche du 5 février 2007 ! Autrement dit, quelque soit votre statut, la lutte de la CFDT tant décriée par la direction et les syndicats qui ont vu l’effet de leur signature annulée par le Conseil d’Etat fin 2006, devrait aboutir à une amélioration de VOTRE salaire et de VOTRE temps de travail dès son entrée en vigueur en mai 2007. Les 35 heures seront applicables dans nos hôtels. Quoiqu’il arrive, la CFDT exigera l’application de cet accord dans le groupe avec autant de détermination qu’au niveau national.
Le 30 mars, vous aurez une occasion unique de montrer votre désapprobation de la politique économique partisane du groupe Accor qui conduit à l’appauvrissement de vos collègues et à l’exclusion de bon nombre d’entre eux.
Cette occasion ne se reproduira pas avant 4 ans ! Voter est votre droit, mais ce droit ne changera rien à votre avenir si vous ne vous en servez pas.
Votre participation massive aux élections du CE est votre seul moyen de signifier votre « refus de subir ». Au premier tour, vous avez peut être été victime d’une hiérarchie vous recommandant de vous abstenir et de voter pour des candidats sans étiquette au second tour. Notez bien que les élus sans étiquette ne sont jamais convoqués aux négociations, quelque soit leur niveau ou leur sujet. Même si vous votez pour eux, ils ne représenteront pas vos intérêts ! Sachez que cette fois-ci, personne ne peut savoir pour qui vous votez. Le choix vous appartient !
Votez CFDT et retournez votre courrier dès maintenant. Votre enveloppe doit parvenir AVANT le 30 mars au bureau de vote.
La CFDT vous en remercie d’avance.

Télécharger le tract électoral IBIS au format PDF :
Version avec couleurs
Version noir et blanc

Tract supplémentaire

 

A l’unanimité des organisations syndicales présentes, un accord a été convenu avec la Direction Générale pour l’année 2007 :
Statut employé : salaire horaire supérieur à 8,27€ : 2,5% d’augmentation,
Statut Agent de Maîtrise : 2,4% d’augmentation,
Statut Cadre : 2,3% d’augmentation.
Ces augmentations seront effectives à fin mars avec effet rétroactif au 1er janvier 2007, pour tous les salariés ayant au moins 6 mois d’ancienneté, c’est-à-dire tous les salariés entrés avant le 1er juillet 2006 et présents au 1er mars.
La présente mesure générale d’augmentation de salaire se cumule avec les éventuelles mesures individuelles liées au mérite ou à un changement de poste ou de responsabilité qui pourraient intervenir en 2007.

 

Cet accord concerne tous les collaborateurs des SNC DGR Île de France, Grand Ouest et Rhône Alpes Méditerranée présents au 1er mars 2007 et ayant au moins 6 mois d’ancienneté dans le groupe ACCOR à la date du 1er Janvier 2007.
Les salariés rémunérés au SMIC (8,27€ de l’heure) ne sont pas concernés par cette augmentation, ils bénéficient comme chaque année au mois de juillet de l’augmentation du SMIC national.
Statut Employé salaire horaire brut compris entre 8,28€ et 8,77€ : 2,3%
Statut Employé dont le taux horaire brut est supérieur à 8,77€ : 2,5%
Statut Agent de Maîtrise : 2,5%
Statut Cadre dont le salaire de base est inférieur au plafond de la SS : 2,3%
Ils bénéficieront d’une enveloppe supplémentaire de revalorisation égale à 1% de la masse de leur salaire de base.
Ces augmentations prennent effet au 1er janvier 2007 avec rappel sur la paie du mois de mars 2007.
Les présentes mesures générales d’augmentation de salaire se cumulent avec les éventuelles mesures individuelles d’augmentation liées au mérite ou à un changement de poste ou de responsabilités qui pourraient intervenir en 2007.
Il est précisé que ces augmentations collectives concernent également les salariés qui auraient été absents pour des congés de maternité, congés d’adoption, congés de solidarité familiale ou congé parental d’éducation.
Travailleurs de nuit à temps plein (employés et agents de maîtrise) : La prime d’un montant initialement prévu à 92€ est revalorisé à 100€/mois, proratisé en cas d’absence de travail effectif ou temps partiel. La contrepartie sous forme de repos demeure inchangée soit 4 jours pour les salariés présents toute l’année.