l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Des syndicalistes en mal de pouvoir et à défaut d’avoir la confiance des salariés dans les urnes lors d’élections dans le GIE-IBIS ont décidé d’entreprendre des tournées dans les hôtels à l’approche des élections des membres du comité d’entreprise.

Démarche jusque là normale, si dans les discours et les faits il ne s’agissait pas d’une tentative d’obtenir des voix en offrant des stylos et autres gadgets et en tenant des propos discourtois, des discours de dénigrement envers la CFDT et ses élus.

La CFDT, la première organisation syndicale dans le GIE-IBIS, est à l’origine de tous les acquis sociaux (13ème mois, entretien et nettoyage des uniformes, instauration d’une prime de nuit et non seulement la récupération prévue par la loi, valorisation de salaires dans le cadre d’acteurs , intéressement , Jours fériés garantis, augmentations de salaires , jours pour enfants hospitalisés, meilleure indemnisation pour les départs à la retraite, etc.

En plus d’une défense solide et solidaire des salariés en cas de conflits avec la Direction, nos élus sont sur le terrain depuis des années et n’attendent pas le moment des élections pour venir vous abreuver de discours utopiques et de promesses sans lendemain…

Ces méthodes dignes d’un autre siècle démontrent l’absence d’arguments, et les salariés ne seront pas dupes, car une fois les résultats obtenus, ils déserteront le terrain et laisseront les salariés à leur sort.

Salariés du GIE-IBIS, la CFDT sait ce que vous attendez des syndicalistes : une défense solide, une amélioration du pouvoir d’achat, des conditions de travail décentes, une égalité des chances devant la formation et la promotion, de la non discrimination en fait une justice sociale pour un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Adapter le travail à l’Homme et NON l’Homme au travail.

Si vous partagez ces points de vue, rejoignez la CFDT comme adhérents ou militants, vous verrez les élus CFDT à l’œuvre dans les différentes instances du GIE-IBIS. Vos représentants actuels peuvent témoigner de notre efficacité au sein du CCE).

La CFDT discute d’égal à égal avec la Direction, par son sérieux et son intégrité, elle est force de proposition et défend les droits et acquis, ainsi que les intérêts de chaque salarié sans soumission ni compromission. Confiez vos voix à ceux qui savent l’entendre, et savent mener des négociations constructives sans hypothéquer l’avenir.

Nous vous remercions de votre fidélité qui nous stimule pour toujours mieux servir.

« QUE LES MORVEUX SE MOUCHENT… »

 

BRAVO et MERCI à tout le personnel de l’hôtel Ibis Paris Porte d’Italie.

Dès le 1er tour comme depuis toujours le personnel a renouvellé sa confiance à la liste CFDT à 97 %des votants. Seules 3 enveloppes ne sont pas parvenues.

Ce vote de confiance est le gage de la réussite  de la défense et du soutien que les salariés reçoivent d’abord de leurs élus et de la CFDT toujours présente.

Malgré un turn over important les salariés ont su percevoir en leurs élus une défense réaliste, juste , efficace,  éléphanteresque.

Ce soutien massif démontre à quel point la CFDT et ses élus donnent de leur temps et de leur énergie pour soutenir en toutes circonstances et en tout temps les intérêts des salariés.

La CFDT obtient ses résultats pas en faisant le tour des hôtels en distribuant des cadeaux ” stylos et autres gadgets”.

Les salariés ne seront pas dupes de ces démarches corruptrices au détriment de la défense de leurs intérêts.

Les salariés ne veulent pas de ce syndicalisme à bas étage. La CFDT est à la base de tous les acquis dans le GIE-IBIS et défie quiconque de dire le contraire. Tous les accords et acquis ont été à l’initiative uniquement de la CFDT.

Les promesses sans lendemain et le dénigrement ne feront jamais partie de notre démarche. Nous laissons les salariés juger…

 

“Celui qui ne combat pas a déjà perdu, celui qui essaie de combattre a déjà gagné”

Chers collègues, le passage en force sur les cessions d’hôtels ne doit pas hypothéquer l’avenir des salariés, car les premières victimes seraient ceux là même qui ont fait les heures de gloire du groupe. Ces salariés qui au prix de tant et tant d’années d’efforts et de sacrifices ont contribué à faire briller les étoiles des enseignes hôtelières du groupe, dont certains parmi nous font partie.
C’est le choix le plus injuste pour les salariés et le renoncement n’est pas dans nos gênes et la cfdt continuera de dénoncer ici et ailleurs ce démantèlement. Ne nous contentons pas d’assister à une destruction programmée du groupe au profit des lobbies. Tout changement qui sacrifie les avantages des salariés  ne peuvent qu’être pénalisant à moins que la D.G. introduise dans son cahier des charges le maintien de tous les avantages acquis même après cessions. C’est possible, tout est question de volonté surtout pour une entreprise qui se dit socialement responsable.
Que faut-il faire pour ne pas être vendu ? Rentable ou pas le risque reste permanent. La main sur le cœur on tente de nous rassurer sur les engagements sociaux des franchisés.
Nous souhaitons d’ailleurs les rencontrer et convenir ensemble d’une charte pour les franchisés
Une véritable prise de conscience doit animée chacun de nous. Nous ne devons pas rester comme des spectateurs plaintifs sans vision d’avenir, devant cette dérive.
Nous devons tenir vaille que vaille le cap, car nous sommes au tournant et au début d’une autre page de l’histoire du groupe.
Ce passage en force fait fi des conséquences sur la cohésion sociale du groupe.
Ces cessions diminuent le pouvoir d’achat des salariés les plus démunis alors que dans le même temps des gratifications exceptionnelles sont allègrement distribuées aux plus riches.
Stop. Arrêtez de brader vos salariés !
Nous devons redoubler de détermination, ne pas rester inertes, divisés et défaillants, afin de ne pas abandonner nos anciens collègues.
Notre présence ici en CCE en tant que représentants syndicaux, élus avec ou sans étiquette serait inutile si nous ne défendions pas les droits acquis des salariés.
Plusieurs d’entre eux nous ont exprimé leur inquiétude sur la stratégie du groupe. Inquiétudes que nous comprenons et partageons totalement.
Ce mode de développement au service de la finance et de l’enrichissement de quelques-uns casse le lien social.
L’éclatement du groupe, plutôt la destruction programmée de la forteresse Accor, les changements de méthodes de management, constituent un frein à l’épanouissement.
Nous devons assurer aux salariés le maintien de leurs droits acquis.
A la cfdt, on ne défend pas d’abord des statuts, mais avant tout des individus, hommes et femmes quelque soit leur situation dans un esprit de responsabilité et de justice sociale.
Bien sûr rien n’est facile, rien n’est évident. Certains peuvent même trouver cette ambition bien trop optimiste. Mais l’optimisme, c’est voir dans chaque difficulté une occasion d’agir afin de les transformer en opportunité.
La solidarité est bien plus que nécessaire pour une société qui profite à tous et non à quelques privilégiés.
Ensemble nous devons trouver des solutions socialement responsables et pérennes pour accompagner les salariés des hôtels vendus.

Déclaration des élus CFDT au Comité Central d’Entreprise du GIE IBIS du 25 juin 2010

 

Augmentation générale des salaires

Périmètre juridique : Le présent accord concerne tous les salariés du GIE des hôtels IBIS.
Condition d’ancienneté : Avoir 6 mois d’ancienneté dans le groupe Accor à la date du 1er Janvier 2010. Il s’agit de tous les collaborateurs entrés avant le 1er Juillet 2009 et toujours présents au 1er Mars 2010.
Condition de rémunération : Ne sont pas concernés les personnes au SMIC, les apprentis, les contrats de professionnalisation, les stagiaires et les extras.

Employés : Les employés à temps complet à 169h (prorata temporis pour un salarié à temps partiel) dont le salaire de base est supérieur à 8.86 € par heure.
Le salaire de base de cette catégorie est revalorisée de 1,5% au 1er Janvier 2010.

Agents de Maîtrise et Cadres Autonomes
1,4% au 1er Janvier 2010 et + 0,5% au 01 Juillet 2010.

Cadres dirigeants : Le principe de l’augmentation individuelle est retenu pour cette catégorie de collaborateurs.

Augmentation du budget des activités sociales des Comités d’Etablissement

Un budget de 0,35% sera appliqué dès le versement du 2ème trimestre 2010 (en lieu et place de 0,25% de la masse salariale).

Journées pour enfant hospitalisé

L’accord de NAO 2008 prévoyait en cas d’hospitalisation en France métropolitaine d’un enfant de MOINS de 16 ans, que chaque collaborateur ayant plus d’un an d’ancienneté, pourrait bénéficier d’un jour d’absence rémunéré, sous réserve de la remise d’un certificat d’hospitalisation de l’enfant dans les 48 h suivant l’hospitalisation.
Ce dispositif était appliqué à titre expérimental jusqu’au 31/12/09 avant de convenir de son éventuelle reconduction.
Par le présent accord, il est convenu de pérenniser la mesure pour une durée indéterminée.
Il est attribué une journée supplémentaire portant le droit au nombre de journées d’absence rémunérée à deux jours attribués selon les mêmes modalités que celles prévues dans l’accord de NAO 2008.

 

Lors de sa réunion du 18 décembre, comme le comité de groupe Accor réuni le 09/12/09, les membres CFDT du CCE ont affirmé leur ferme opposition à la stratégie mise en place et ce, dans la perspective des risques économiques et sociaux liés à cette opération.
Du reste, le Directeur du FSI (Fonds Stratégique d’Investissement), comme d’autres analystes, confirment les risques inhérents à cette stratégie.
En effet, l’activité “TITRES DES SERVICES” est génératrice de cash-flow permettant d’aider au financement du développement de l’hôtellerie en général.
La vision à court terme des fonds d’investissement nous entraîne dans une spirale qui risque d’être préjudiciable à de nombreux salariés du groupe.
Ainsi, leur statut, lors de la mise en franchise ou en contrat de gestion, engendre un véritable bouleversement de leur statut collectif.
Outre la disparition de la participation du groupe, c’est toute la couverture conventionnelle du groupe qui peut être amenée à être remise en cause.
D’autre part, en changeant de modèle économique, il y va du maintien des investissements dans nos outils de travail essentiels dans nos activités d’hôtellerie.
A défaut de consultation régulière et d’explications plausibles à cette scission, les membres CFDT du CCE sous réserve de validation de la majorité des membres élus, se réservent la possibilité de déclencher un CCE extraordinaire dans le cadre d’un droit d’alerte économique, permettant d’avoir une analyse plus approfondie de la stratégie engagée.

 

Au cours de ces négociations difficiles sur fond de crise et en pleine spéculation médiatique sur les mauvaises perspectives pour le tourisme, la CFDT s’est “battue bec et ongles” pour arracher les meilleurs résultats possibles. Avec succès, car des augmentations de salaire sont accordés pour tous les personnels ayant au moins 6 mois d’ancienneté dans le groupe Accor à la date du 1er janvier 2009 et présents au 1er mars 2009 à l’exception des salariés au SMIC.
Les principales dispositions sont :
Employés : 2.2% au 1er janvier 2009 et 0,3% au 1er juillet 2009. Sont concernés les employés à temps complet 169h (prorata temporis pour un temps partiel) dont le salaire de base est supérieur à 1 471,99 €.
Agents de maîtrise et Cadres autonomes : 2% au 1er janvier 2009 et 0.3% au 1er juillet 2009.
Quelque soit le statut, des augmentations individuelles liées au mérite ou à un changement de poste ou responsabilités qui pourraient intervenir en 2009, sont autorisées.
Compte tenu des nouvelles règles de validité des accords dans les entreprises depuis le 1er janvier 2009, la signature de la CFDT suffit et rend applicable cet accord.
Enfin, une autre bonne nouvelle pour les salariés des Ibis, l’intéressement collectif national est atteint !