l’actualité sociale du groupe accor selon la CFDT

Logo CFDT
Les élections des représentants du personnel au comité d’entreprise et des délégués du personnel approchent. Dans cette perspective, si vous travaillez au sein d’un hôtel filiale de ces différentes marques, ne restez pas simples observateurs des changements de vos conditions de travail. La CFDT vous offre l’opportunité d’être acteur de votre avenir en vous portant candidat au premier tour de ces élections.

Si vous êtes intéressé, prenez contact avant le 17 mars avec nos représentants dont les coordonnées sont les suivantes :

Pour Novotel-Mercure-Pullman :

Karim Wahabi

Portable : 06 12 68 13 49

Mail : kawah@voila.fr

Pour Mercure Grand Ouest :

Olivier BELLIER : 06 10 49 93 73

 

LOI SECURISATION DE L EMPLOI

Une nouvelle donne pour le dialogue social dans l’entreprise

Peser sur les orientations stratégiques de l’entreprise

La GPEC revisitée

La base de données    économiques et sociales

Plus de salariés dans les organes dans les organes de gouvernance

Des procédures d’information – consultation modifiées

Une nouvelle gestion du temps

Instance de coordination des CHSCT

Le   CICE ?

La mobilité volontaire Sécurisée

Améliorer la situation des salariés à temps partiel

Un compte personnel de Formation

Chômage: des droits rechargeables

Une complémentaire santé pour tous les salariés

L’activité partielle de longue durée

L’accord de maintien de l’emploi

Notre section centrale restera vigilante  sur ces quelques thèmes de la loi de sécurisation de l’emploi.

 

Joyeuses fêtes

L’ensemble des élus et militants CFDT du groupe ACCOR vous souhaitent d’excellentes fêtes de fin d’année.

 

Logo CFDT ACCOR

Communiqué de presse intersyndical CFDT / CFE-CGC / CFTC / CGT / FO

Hôtels cafés restaurants, Echec des négociations et remise en cause des garanties sociales des salariés.

Les négociations relatives au maintien des garanties sociales obtenues lors de la baisse de la TVA en 2009 sont reportées.
Alors que l’ensemble des organisations syndicales souhaitaient négocier sur la pérennité de la prime TVA, les salaires et le temps de travail, les organisations professionnelles, de façon fort déloyale ont conditionné les négociations à la signature préalable d’un avenant sur le temps partiel.
Le collège salarié ne peut accepter un tel préalable dans un contexte où les 900 000 salariés du secteur HCR sont en passe de subir une perte importante et injustifiée de leur pouvoir d’achat.
L’intersyndicale a décidé d’en appeler à Madame PINEL, ministre de tutelle de la branche et au ministre du travail pour sortir de cette situation et elle proposera un projet d’accord dès le début de l’année 2014.

 

Les règles légales ou de jurisprudences peuvent évoluer rapidement. Les militants CFDT ont souhaité vous éclairer sur les dispositions qui encadrent la période d’essai.
Tout d’abord, la période d’essai doit, obligatoirement, faire l’objet d’un écrit dans le contrat de travail ou la lettre d’engagement.

I. Durée initiale de la période d’essai :
L’article L. 1221-19 du Code du travail fixe la durée initiale maximale de la période d’essai pour un contrat de travail à durée indéterminée :
- de deux mois pour les ouvriers et les employés ;
- de trois mois pour les agents de maîtrise et les techniciens ;
- de quatre mois pour les cadres.
Si le contrat de travail (ou la lettre d’engagement) prévoit une période d’essai, il doit en préciser la durée en respectant ces limites.
Ces durées se calculent en jours calendaires c’est-à-dire tous les jours du calendrier, du lundi au dimanche compris, y compris les jours fériés.

II. Renouvellement de la période d’essai
La période d’essai peut être renouvelée une fois si une convention collective étendue le prévoit. Cette convention fixe les conditions et les durées de renouvellement. La possibilité de renouvellement doit être expressément prévue dans la lettre d’engagement ou le contrat de travail. Selon l’article L.1221-21 du code du travail, la durée de la période d’essai, renouvellement compris, ne peut pas dépasser les durées suivantes :
> quatre mois pour les ouvriers et employés ;
> six mois pour les agents de maîtrise et techniciens ;
> huit mois pour les cadres.

Pour tout renseignement complémentaire, contactez vos délégués syndicaux ou élus CFDT.

Stylo

 

Logo CFDT ACCOR

Les représentants CFDT ont participé activement à la mise en place de mesures permettant la prise en compte des facteurs de pénibilité et de prévention des risques professionnels d’atteinte à la santé des salariés du groupe.
Les critères d’exposition aux facteurs de risques sont définis par le législateur. Pour information, ce sont les températures, les manutentions manuelles, les postures pénibles, le bruit, l’exposition aux agents chimiques dangereux ou le travail de nuit.
6 métiers du groupe ont été identifiés comme susceptibles d’exposer les salariés à ces facteurs de risques.
Les acteurs de la prévention au sein de l’entreprise y sont identifiés. Si le médecin du travail ou encore les ingénieurs de la caisse d’assurance retraite et de santé au travail sont la pierre angulaire, les représentants du personnel, qu’ils soient élus du comité d’entreprise, délégués du personnel ou membre du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ont une place prépondérante dans la mise en oeuvre concrète de ces dispositions.
Pour illustration, l’accord prévoit la mise en place d’actions permettant de limiter les risques d’exposition à la pénibilité. Les exemples cités ne sont pas de nature à être exhaustifs. C’est la possibilité d’analyse des postes de travail par un ergonome afin de corriger des situations pouvant engendrer des pathologies. Ce peut être aussi l’amélioration de la ventilation dans les services de cuisine, de plonge ou encore d’hydrothérapie. Pour le travail de nuit, il est préconisé une organisation du travail permettant aux réceptionnistes de nuit et/ou réceptionnistes tournantes entre jours et nuits de bénéficier de 2 jours de repos hebdomadaires consécutifs.
Les responsables d’établissement sont aussi impliqués par une analyse des charges de travail des salariés afin d’éviter les surcharges de travail. Les délégués du personnel peuvent également alerter le responsable de tout excès dans l’accentuation des cadences de travail.
Enfin, le maintien dans l’emploi des salariés exposés aux risques est également traité dans cet accord.
Les élus et représentants CFDT sont à votre disposition pour vous exposer de manière plus détaillée le contenu de l’accord et son application concrète dans votre hôtel ou établissement du groupe.
Depressed young businessman